Préserver la qualité de vos céréales au champ

Parmi les maladies des céréales les plus significatives, on compte les septorioses et les rouilles, qui sont les plus préjudiciables aux rendements, et les fusarioses qui déprécient la qualité. En effet, les fusarioses sont responsables du développement des mycotoxines dans les céréales. Si actuellement les teneurs en mycotoxines ne sont pas règlementées en alimentation animale, elles le sont en alimentation humaine. La fusariose des épis est provoquée par deux groupes d'espèces principales : Microdochium nivale et le groupe des Fusarium roseum.

 

Ces deux types de fusarioses ont des conditions de développement et des incidences différentes.

 

tl_files/images/conseils/conseil-producteur-info2-1.jpg

 

L'évaluation agronomique du risque est importante et il faut s'en préoccuper tôt (avant le semis) pour limiter les facteurs de risques agronomiques. Contrairement au cas du piétin verse, les observations à la parcelle ne sont pas utiles à l'évaluation du risque. En présence de symptômes, les traitements (trop tardifs) sont inefficaces.

Grille d'évaluation des facteurs de risques fusarioses

 

tl_files/images/conseils/conseil-producteur-info2-2.jpg

 

La protection de la culture est fonction du risque selon la grille d'évaluation ci-dessus, ainsi que de la pluviométrie et l'hygrométrie au moment de la floraison.

 

Le stade d'intervention au champ sur la culture, se situe lorsque les premières étamines sont visibles dans les passages de roues...

La protection chimique est envisagée lorsque l'on est en risque moyen ou fort. Les fongicides les plus efficaces sont à base de triazoles (tébuconazole, metconazole...) exemple : NEBRASKA, CARAMBA Star...

 

En conclusion, la qualité des céréales à la récolte se raisonne dès l'implantation, et le stade d'intervention pour la protection chimique est déterminant. (source : Gilles DARTOIS)

Revenir