Comment bien conduire son stockage de maïs en silo couloir ?

tl_files/images/conseils/conseil-stockeur-info4.jpgLe stockage du maïs en silo couloir est encore le plus répandu et concerne les maïs relativement humides (32 à 40 %).

 

Le maïs est broyé et mis en silo au fur et à mesure de l’arrivée du grain à l’exploitation. Le principe de cette technique de stockage repose sur la rapidité de la réalisation du chantier et sur les bonnes pratiques d’ensilage. Le tassement du tas et la fermeture hermétique du silo sont primordiaux à la bonne conservation de la matière première. Le processus de conservation du maïs ensilé est basé sur une acidification et une conservation à l’abri de l’air.

Une bonne fermentation :

Elle consiste en un développement très rapide des bactéries lactiques. Elles représentent l’essentiel de la population microbienne au bout de 8 jours. Un maïs stocké humide à la récolte, pour bien se conserver, doit voir son pH baisser le plus rapidement possible et sa teneur en acide lactique se développer rapidement et de façon importante. La teneur en éthanol doit être la plus basse possible.

Les fermentations indésirables :

Elles sont liées à plusieurs causes : des souillures, une acidification trop lente, une prise d’air. Les conséquences sont immédiates : le pH remonte, la flore se modifie entraînant le développement d’acide butyrique, le tas s’échauffe, la qualité du maïs s’altère.

Les pertes :

La fermentation est basée sur la dégradation des sucres. La conservation entraîne des pertes normales qui peuvent atteindre 3 à 4 % de la matière sèche pour un ensilage bien conservé (AGPM, ITCF). Les pertes peuvent être importantes si le front d’attaque du tas est trop important ou s’il n’avance pas assez vite.

Revenir